Illustration de l'article sur les 10 premières fois réalisées pendant mon PVT
Expatriation

CES 10 PREMIÈRES FOIS QUE J’AI RÉALISÉES PENDANT MON PVT

S’expatrier à l’étranger donne l’occasion de nombreux changements.
Géographiques bien sûr, mais également et surtout, plus profonds et plus personnels. Une façon de remettre certains compteurs à zéro, de tourner une nouvelle page, d’un tout nouveau bouquin. L’occasion aussi de se surprendre et se surpasser. Dans cet article, je te parle de toutes ces choses que j’ai faites pour la première fois pendant et grâce mon expatriation au Québec.



Depuis que j’ai posé mes deux grosses valises dans mon pays d’adoption, j’ai pu réaliser que j’ai fais pas mal de choses pour la première fois. Je ne te parle pas des choses typiques qu’on va tous découvrir ici. Je te parle de ces petits et grands accomplissements que l’expatriation va te donner l’énergie ou l’envie de faire enfin. Le coup de boost supplémentaire qui te manquait pour les réaliser. Chaque parcours sera bien sûr différent. Mais je crois que nous sommes nombreux à poursuivre sur une certaine lancée quand on change d’horizon.

Il y a ces envies que tu remettais à plus tard, d’autres que tu n’avais jamais imaginé, ou que tu rêvais de faire sans oser essayer. Planifiées ou imprévues, je te raconte 10 choses que j’ai faites pour la première fois pendant (et grâce à ) mon PVT.

Oser. Relever des défis.
Traverser l’atlantique est déjà en soi une vraie prise de risque. Décider de passer de « je me verrais bien changer d’air » à « je valide mon visa » te met déjà dans la catégories des petits foufous qui passent à l’action.
Ensuite, à toi de jouer. No offense, mais là-bas, tu n’es (encore) personne. Une formidable façon de recommencer, d’essayer, de te tromper, de te détacher. J’ai fais le compte de ces premières fois que j’ai réalisé pendant mes deux ans de PVT au Canada.


MON PREMIER CONCERT DANS UN BAR

Pour replacer le contexte, j’ai un parcours particulier avec la musique et le chant. Je te la fais courte : j’ai longtemps, très longtemps chanté en secret. En parallèle, j’ai beaucoup oeuvré dans le domaine musical : rédactrice dans plusieurs webzines, journaliste intervieweuse, organisatrice de concerts puis embauchée dans des écoles de musique en ligne. Tout sauf être moi-même sur scène. Après avoir finalement fait mon « coming-out artistique« , j’ai eu l’occasion de chanter quelque fois en public, mais jamais avec un vrai projet personnel. Arrivée au Québec avec mon conjoint musicien, on a vite monté un groupe de covers avec deux locaux. Ok cette fois ça y est, à moi l’Amérique ! Après des mois de répétitions, l’heure du premier concert est venue.


Ensuite, en version duo acoustique, nous avons poursuivi vers d’autres petites scènes de Montréal, chose que je n’avais jamais osé faire en France. Ok, l’exercice est loin d’être évident, et la boite à tips ne se remplit pas toujours vraiment. Mais j’ai osé entrer dans un bar et parler de nos covers. Et j’ai osé me confronté à un public tout proche, à faire des blagues au micro, à chanter exactement ce que je veux, exactement à 6000 km de mon pays d’origine.

Chanter pour la première fois en duo acoustique dans un bar à Montréal

MA PREMIÈRE SALLE DE GYM

Alors là attention, on touche à du lourd. Du musclé, du transpirant. Le gym. Oui, « le ». La salle de gym, version française de France. Crois-le ou pas, je n’avais jamais mis la moindre basket dans ces lieux étranges avant de vivre ici. Qu’est-ce qui m’a pris ? Et bien déjà, qui vit à Montréal ne peut que remarquer les nombreuses enseignes de gym un peu partout dans la ville, notamment Econofitness, dont je te laisse deviner l’atout. Mais la vue de ce logo et les tarifs compétitifs n’ont pas provoqué pour autant chez moi l’envie subite de m’inscrire. Nop. Par contre, un déménagement dans le quartier Hochelaga et un passage devant une immense salle toute vitrée a éveillé ma curiosité. Pro Gym.

La salle est en fait reconnue des initiés et autre champions du bodybuilding. Elle est aussi la plus grande du Canada, rien que ça. Bon, ok, je n’y ai fait que le mois d’essai gratuit. La salle est ultra bien équipée, tu y trouves même un espace restaurant, un coiffeur et esthéticiennes, de nombreux coachs, et des cours en groupe. J’ai pu par la même occasion tester mon premier cours de Yoga (clairement physique), et une séance « fesses d’enfer » qui donne l’impression d’y être. Une belle découverte, mais pas mon univers. En tout cas pour mon premier essai, j’ai fais les choses en grand !

Enthousiasme et motivation en toute simplicité

MA PREMIÈRE NUIT EN CAMPING

Avant de mettre un pied au Quebec, je n’avais jamais campé. Ca sonne un peu comme une confession honteuse, mais zéro complexe ici ! Pourtant déjà amoureuse de la nature, je n’avais pas confiance du tout en ma capacité à dormir sous une toile, convaincue que je ne fermerai pas l’oeil. Ici, le camping et l’outdoor sont un art de vivre, qui se transmet dès le plus jeune âge, et s’accompagne de tellement de plaisirs simples. Feu de camp où grillent des guimauves, lacs et forêts comme décors, bruits et visites d’animaux…on est loin, très loin du camping façon Flot Bleus, ambiance aquagym et karaoké. L’occasion rêvée et immanquable de vivre une nouvelle expérience.

C’est en road-trip autour de la Gaspésie que j’ai opté pour mes premiers « prêts à camper », une parfaite façon de s’initier en douceur à ce monde inconnu. Tout y est, à la différence (de taille) que tu dors dans un vrai lit. Ma première expérience fut mémorable : une tente bulle sur la plage de Cap aux Os, point de départ d’une activité de kayak de mer (une autre première ! ).
Tu gardes l’aspect rustique et pleine nature, sans le montage de tente ni le sac de couchage sur un matelas approximatif. Le meilleur des deux mondes. Cette première allait se transformer un an plus tard en 3 semaines de camping sauvage dans l’Ouest Américain. Mais ça, c’est une autre histoire…

Je n’avais jamais campé avant de vivre au Québec. Ici dans une tente bulle sur la plage !

VOIR DES BALEINES POUR LA PREMIÈRE FOIS

Un rêve est-il un rêve quand on ne s’autorisait même pas à le rêver ? Voici le genre de première fois que je ne pensais pas vivre ici. Pour tout dire, j’ignorais avant de venir vivre au Québec qu’un des meilleurs spot d’observation au monde se trouvait à quelques heures de Montréal. C’est lors de mon road-trip en Gaspésie que j’ai pu approcher les baleines, et c’est la première fois que j’allais à la rencontre d’animaux sauvages dans leur milieu naturel. J’ai raconté l’experience dans un article dédié, en t’informant aussi sur les questions éthiques que cela posent.

A Tadoussac en l’occurence, les baleines peuvent s’observer dans le plus grand respect depuis la rive. Un univers si mystérieux que l’on touche presque du doigt.

Le Saint-Laurent accueille pas moins de 13 espèces de cétacés, et c’est une chance unique à saisir absolument. A toi le whale watching au Québec. Et à moi les souvenirs parmi les plus forts et bouleversants de mon expatriation. Je ne le savais pas encore, mais j’aurai l’occasion de renouveler l’expérience directement à Montréal, de la plus étonnante et tragique façon possible. Un jeune rorqual à bosse a en effet remonté le fleuve à contre courant sur près de 450 km jusqu’aux eaux douces (et polluées) de Montréal. Sa visite d’une semaine à donné lieu à des observations magiques et poignantes. Son périple retour s’est terminé brutalement, fatalement frappée par une embarcation. Un souvenir bouleversant, entre profonde tristesse et colère…

La magnifique baleine à bosse qui est venue visiter Montréal. Magnifique et tragique.

MON PREMIER SPA NORDIQUE

Une première fois tout en détente. J’ai beau être passionnée de bien-être, je ne m’étais jamais accordée de spa en France. Pour moi, ces trois lettres me ramène avant tout à la Société Protectrice des Animaux ! Il faut dire aussi qu’en tant qu’économe, payer des sommes importantes pour me détendre est presque antinomique. Ici, j’ai découvert un type tout particulier de Spa : les spa nordiques, qui font un véritable carton au Québec. Le concept tourne autour de l’hydrothérapie et avant tout, des effets chauds/froids. Le tout en extérieur dans un décor naturel.

Ma première expérience n’aurait pas pu être plus typique et parfaite : lors d’une journée de fin d’hiver, j’ai enchainé cabane à sucre, randonnée puis Spa au Mont Saint-Hilaire. Le moment idéal pour découvrir l’expérience thermale et ses bienfaits, dans un décor enchanteur. Des heures de détente pure, bonne pour le corps et l’esprit. Outre les bains de vapeurs et les saunas, les bains froids sont incroyablement revigorants. A enchaîner avec des bains chauds et réconfortants sous les étoiles, les arbres, voire la neige… Je suis devenue accro et j’en ai testé autant que possible depuis ! Je t’en parle ici.

Le spa nordique scandinave spa en hiver avec de la neige
Le charme inimitable des Spas nordiques sous la neige au Québec

MA PREMIÈRE RANDONNÉE

Et oui, un peu comme le camping, je n’avais jamais fait de vraies randonnées en nature avant de venir au Québec. La forêt m’a toujours attirée, et je rêvais de grands espaces, mais mon âme de baroudeuse attendait encore son heure. C’est tout naturellement que mon expatriation m’a permis d’expérimenter mes premiers sentiers.
Au Parc National de la Gaspésie, je garde un souvenir ému de ma découverte des immenses forêts canadiennes.

Tout à coup, je prenais ma petite place au sein de cette nature de carte postale, et je me rappelle parfaitement de mon émotion lors de mon passage sur un de ces petits ponts de bois qui enjambe la rivière. J’y étais, je touchais enfin du doigt la réalité de ce pays où lacs et forêts occupent tant d’espace.

Lors de cette courte randonnée, j’ai même eu la chance incroyable de pouvoir observer une femelle orignal, impressionnante et placide. Ce premier trail restera gravé dans ma mémoire, et sera le premier d’une longue liste.

Ma première randonnée dans le parc National de la Gaspésie


MES PREMIERS ROAD-TRIP

J’ai toujours rêvé de road-trip. Une voiture, plusieurs destinations, un vent de liberté et de découverte, un tas de premières fois. Et s’il est possible d’en réaliser presque partout, l’Amérique du Nord se prête tellement à ces voyages terre à terre où tout parait possible. Le Canada et ses immenses espaces de nature à la fois familière et dépaysante devient un terrain royal pour cette exploration étape par étape. Ici, j’ai pu réaliser mon tout premier mini road-trip en Floride, puis en Gaspésie, cette péninsule Québécoise concentré de trésors.

A peine 3 mois après notre arrivée, nous nous sommes envolés vers Miami pour une petite semaine autour du Sunshine State. Le sentiment que j’ai eu à rouler sur les belles routes droites et baignées de soleil vers les Everglades fut un moment précieux dont je me rappelle dans les moindre détails. Ce genre d’instant de grâce si rare et intense, où tu sais que tu es exactement au bon endroit.


Enfin, à la fin de notre premier été au Québec, encore tout frileux bien que plein d’envies, nous avons pris un risque très inhabituel pour des introvertis fusionnels. Partir à l’aventure avec deux inconnues. Histoire de diviser les frais, de s’organiser à 4, de simplifier les choses, pourrait-on penser. Aujourd’hui, cela me fait sourire, tellement les choses ont évolué en deux ans. Mais ce premier pas était nécessaire, malgré la cohabitation forcément hasardeuse. Je te raconte tout ça dans ma série d’articles dédiée. Je retiens surtout que cette découverte du Québec lors de ce road-trip précisément donnera l’élan pour toutes les futures escapades, courtes ou plus ambitieuses. A présent rodés, toujours plus avides de nouveaux paysages. Et seuls !

Les belles routes droites américaine pour mon premier road-trip


MA PREMIÈRE SEMAINE EN VAN AMÉNAGÉ

Dans la catégorie « cliché du parfait voyageur baroudeur », il y a bien sûr le van aménagé. Celui que tu vois à longueur d’instagram sous toutes les coutures et décliné du plus roots au plus sophistiqué. Oui, bien sûr, ça m’a interpellé et attiré, sans trop savoir quand ni comment je pourrai goûter à l’expérience. Ca s’est finalement décidé en toute dernière minute, dans le genre vraiment spontané : ça sera notre choix pour visiter les Rocheuses ! Ce voyage pourtant ambitieux s’est organisé en quelques jours, et le choix du logement/locomotion s’est validé la veille.

Par chance, je n’aurai pas pu rêver meilleur van que celui qui m’a tapé dans l’oeil sur l’application de location entre particuliers Outdoorsy. Une merveille minimaliste, un grand lit confortable, le tout immaculé, propre et design. Le compagnon plus que parfait pour profiter de chaque instant dans les décors époustouflants des Rocheuses.

Jour et nuit, nous avons adoré chaque étape, et cette semaine de vanlife nous a clairement montré que c’était fait pour nous. La location de van a coût non négligeable, sans atteindre les sommes des chambres d’hôtels, mais je ne regrette pas le moindre dollar dépensé. Cuisiner au grand air et n’importe où, rouler en mode confort et bien surélevé pour profiter d’une vue grand angle, ranger ses affaires dans les placards et se sentir chez soi. Et bien sûr, dormir parfaitement protégés, au chaud, au sec, et dans un vrai lit : l’ensemble de l’expérience fut un bonheur totalement euphorisant. Un des grands souvenirs de notre expatriation. Court mais si intense, et une vraie révélation pour la suite, avec de nouvelles perspectives et envies.

Goûter à la vanlife dans les Rocheuses avec un van aménagé


MON PREMIER VRAI CIEL ETOILÉ

Observer le ciel étoilé, c’est un grand classique et on l’a tous fait. Mais as-tu déjà vu ce spectacle au sein d’une « réserve de ciel étoilé » ? C’est au Québec que j’ai découvert ce concept, au Parc National du Mont Megantic plus précisément. Ce parc renferme la seule et unique réserve de ciel étoilée de la belle Province : une occasion rêvée pour venir s’éblouir à la vue d’un ciel à la pureté incomparable. Car le but de ces réserves d’un genre unique est de protéger nos ciels de l’influence humaine qui éteint les étoiles.

En effet, la pollution lumineuse enlève une bonne part de magie aux ciels nocturnes, et on a beau le savoir, ce n’est qu’ici que j’ai pu restée littéralement bouche bée face à l’intensité et au nombre d’étoiles qui scintillent au dessus de nos têtes. C’est bien triste, mais on ne vit que trop rarement ces instants de pur émerveillement face à la beauté des étoiles et de la voie lactée.

Ces conditions d’observation exceptionnelles nous ont également permis de nous essayer à l’astro photo. Quelques réglages pointus, un peu de calculs, et pas mal de patience pour immortaliser ce tableau fascinant ont donné lieu à des photos souvenirs pleins de magie. L’émotion que j’ai ressenti en levant les yeux est intacte, et je ne peux que te conseiller de venir toi aussi passer une soirée à l’observatoire du Mont Megantic. En plus du spectacle du ciel, des guides passionnés te feront découvrir des merveilles de notre galaxie. Un souvenir qui comblera les poètes, les scientifiques, les âmes d’enfants, et les trois à la fois. A tester absolument !

Le ciel étoilé magique et incomparable depuis l’observatoire du Mont-Mégantic

MA PREMIÈRE COMPOSITION ET CLIP VIDÉO

Voilà sans aucun doute ma réalisation la plus folle, la plus inattendue, et la plus ambitieuse depuis mon expatriation. Elle n’est pas forcément liée à celle-ci, mais avoir changé de pays m’a permis de lui donner une dimension incroyablement plus riche. C’est ici que j’ai pu concrétiser mon tout premier clip, entièrement réalisé entre Montréal et l’Ouest américain avec nos petites mains, nos propres images et beaucoup, beaucoup de travail.

La composition s’est faite lors d’un retour en France, mais c’est bien à Montréal que j’ai réenregistré mes voix dans un studio local, puis été au bout du projet (et bien au-delà que je ne l’aurai imaginé de prime abord) en réalisant un clip pour l’illustrer. Ce clip devient alors le plus magnifique témoignage en image de mes deux ans ici. Pas uniquement parce que Montréal y joue un des premiers rôles. Mais aussi parce que cette réalisation porte en elle toute la folie, la liberté et la richesse de ces experiences de vie incomparables que constituent un PVT.

Courir dans la neige par -15 au parc Mont-Royal pour l’amour de l’art


Si tu as déjà un esprit créatif, ou que tu cherches à le développer, ne sous-estimes pas la puissance d’une expatriation pour t’inspirer, mais aussi te donner un élan nouveau propice à la création. Partir loin pour une longue durée est le terrain parfait pour assumer des envies que tu gardais cachées, même de toi-même. Pour te donner des pistes toutes neuves, et pour t’enlever certaines barrières tenaces. Tu as traversé un océan et littéralement repoussé tes frontières, ne laisse plus tes obstacles intérieurs te limiter.

Bien sûr, tout ne va pas de débloquer d’un coup, mais qui sait ? Tu vas peut-être l’écrire ici ce premier livre, te mettre à la photo de voyage, commencer une activité manuelle sans que personne te rappelle ta maladresse. Profite de ces nouveaux paysages, de toutes ces premières fois pour en parler à ta façon. Quand je regarde le clip de Detached, je suis remplie d’émotions, de fierté, de bonne énergie, car je sais le chemin parcouru pour arriver à ce résultat. Et je sais que marcher dans les rues de Montréal enneigé ou dans le désert de la Death Valley a un sens que seul s’expatrier a pu donner. Je n’ai pas payé un voyage pour y tourner de jolis plans. J’y ai marché parce que j’ai décidé, un jour, de me donner cette chance et de vivre de l’autre coté.

Mon premier clip ! A visionner sans modération.

Ces 10 premières fois te donnent un avant-goût de ces petits et grands moments qui t’attendent ici ou ailleurs. Mais il faudra aller les chercher, avec cette curiosité qu’ont en commun tous les aventuriers qui relèvent le défi de l’expatriation. Que ce soit découvrir une passion, bousculer des habitudes, s’étonner ou mieux se connaitre, je ne doute pas que tu vivras toi aussi des premières fois qui auront et garderont la saveur de tes nouvelles terres.


Si l’ailleurs t’appelle, tiens-toi prêt, répond-lui et laisse la découverte s’immiscer dans ton quotidien, dans tout un tas de petites ou grandes choses.
Que tu souhaites vivre à l’étranger ou que tu aies vécue cette expérience, parle-moi des premières fois que tu n’as réalisé que là-bas !

Française installée à Montréal, minimaliste/multipassions : nature, animaux, bien-être, adrénaline. Espère t'intéresser, te faire voyager, échanger avec toi et changer le monde.

2 Comments

  • Gaelle

    Waouh 10 premieres fois de choses tellement magique ma poulette, je suis fiere et si heureuse pour toi de t’avoir vu realiser tout ca a chaque etape. Ce sont des souvenirs pour toi a present mais des souvenirs qui t’on contruit,completé et donner la force d’en realiser encore. Je te souhaite plus que tout de continuer sur ce chemin emplit d’aventures et de decouvertes.bravo pour ce super article, les photos choisies sont magnifiques et tes mots nous font partager ces jolis depassements de soi et nous permettent de les vivre un peu avec toi et de donner envie d’en realiser aussi. Bravo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *