Mon Road trip en Floride
Etats-Unis,  Voyages & Activités

Road-trip en Floride ! A la découverte du Sunshine State…

Tu as des rêves de palmiers plein la tête, des envies de plages dans la ville et d’explorer une nature riche et captivante ? Tu aimes les sensations fortes et les parcs d’attraction te font de l’oeil ? Cap vers la Floride et ses merveilles, un état multi facettes où le soleil accompagnera fidèlement ton road-trip.
Suis-moi là où l’hiver n’existe pas !

L’avantage, quand on se trouve au Canada, c’est bel et bien le fait de pouvoir voyager dans cet immense pays, mais également chez les voisins américains, damnit ! C’était clairement une des choses qui m’a le plus motivé à venir tenter l’aventure de l’autre coté de l’atlantique. Avoir (presque) à portée de mains (ou d’avion, ok) un pays qui m’a toujours fait rêver…

J’avais déjà eu la chance de visiter New-York deux fois (trois depuis). A 20 ans (quand tu n’as pas encore l’âge de pouvoir rentrer dans les bars), et il y a 3 ans avant d’y retourner cet hiver. L’an dernier, pour clôturer en beauté l’hiver québécois et après seulement quelques mois de PVT, c’est la Floride qui m’a clairement fait de l’oeil.

L’idée ? S’autoriser quelques jours de soleil, visites et dépaysement, en mode le plus économique possible, sans rater aucun bon plan.


PREPARER SON ROAD-TRIP


Déjà, pourquoi aller en Floride ?

  • Le soleil et les températures chaudes sans être étouffantes quand on choisi bien la période. Attention, à partir de Juin, c’est la pluie qui débarque. Ca serait dommage…
  • Miami et Miami Beach pour ses plages donc, les palmiers à n’en plus finir, un esprit à la fois bling bling et relax
  • Les Everglades et sa nature sauvage, moite, dépaysante. Ses villages indiens, sorties en aéroglisseurs (mais pas que) pour approcher de près les alligators et des routes toutes droites qui sont déjà une idée du voyage
  • Orlando, pour les fans de parcs d’attraction…Mais attention, amateurs de sensations vraiment fortes, préparez-vous…à être déçus.
  • Sa côte Ouest et ses villes typiques et pittoresques. Et surtout ses couchers de soleil sur le golfe du Mexique. Et oui, pour voir le soleil plonger dans l’océan, ça ne sera possible que de ce coté-ci.


A quel moment partir en Floride ?

Dire au revoir à l’hiver Québécois

Dans mon cas, j’ai opté pour le début du printemps, en partant fin Mars. Un façon de dire au revoir aux dernières neiges et de vivre un sérieux contraste d’autant plus saisissant.
Globalement, la Floride sera agréable presque toute l’année mais attention à la « wet season » et ses risques de cyclones ou hurricanes. Dès début Juin donc, la pluie et les orages s’inviteront très fréquemment jusqu’à la fin novembre.


Lors de mon roadtrip, les températures ont été de 28 degrés quasiment tous les jours. Malgré tout, l’eau ne m’a pas semblé suffisamment chaude. Il faut dire que je suis trop bien habituée à la Méditerranée de Corse et ses eaux calmes, peu profondes et tempérées, aux alentours de 25.
Pour retrouver ces températures ici, ça sera au coeur de l’été, dans la saison pluvieuse. On ne peut pas tout avoir…


Le programme pour 6 jours de road-trip ?

6 jours, 5 nuits, presque 1200 miles et un programme chargé !

  • Arrivée à Fort Lauderdale
  • Miami Beach & Miami
  • Aéroglisseur aux Everglades
  • Plage et coucher de soleil à Naples au Delnor Wiggins Pass State Park
  • Parcs d’attraction à Orlando
  • Passage par la ville de Boca Raton
  • Retour à Fort Lauderdale


Mes habitudes de voyages ?

J’aime la nature, les sensations fortes, avec une vraie attirance pour le continent américain. Le fait d’être expatriée temporairement m’a d’autant plus détachée des biens matériels. Un mode de vie clairement minimaliste.
Je suis aussi économe, du genre à chercher les bons plans et à faire la balance entre des craquages qui me semblent inutiles contre des vrais petits plaisirs qui vont me faire du bien. Pas du genre à acheter facilement dans les magasins, le shopping m’ennuie et je cherche plutôt les souvenirs à garder en tête.


Le trajet en avion : choix de la compagnie

Nous sommes passé par la compagnie Spirit Airlines. Pour la période du 26 au 31 Mars, en s’y prenant au dernier moment, nous avons payé en gros 600$. Donc 300$ par personne aller/retour, soit moins de 200 euros, plutôt correc’, right ?
Le hic ? Le départ ne se fait pas de Montréal mais de Plattsburgh, après la frontière US. Outre le trajet jusqu’à Plattsburgh en bus, il faudra aussi compter le Uber pour se rendre à l’aéroport depuis la station service qui sert de point d’arrivée. De plus, tu dois espérer la ponctualité de cette solution et/ou prévoir très large. L’avantage ? Un bonne économie sur le prix des vols.


Second hic, notre avion décollait à …2h59 du mat’. Oui oui, précis. Et oui oui en pleine nuit donc. Avec une arrivée presque à l’aube fraiche et dispose (NON). Presque une journée de perdue ou du moins en demi-teinte compte tenue de la forme olympique des voyageurs après une nuit blanche. (Parce que oui, il faut savoir que je ne dors PAS en transport. Pas une minute.)

Comment se rendre à Plattsburgh depuis Montréal

Pour arriver jusqu’à Plattsburgh, nous avons opté pour la compagnie de bus Greyhound. Il s’agit du fameux trajet Montréal-New-York.
Dans notre cas, on descend donc au premier arrêt, après environ 1h30 de route.

Nous avons réservé nos places pour un départ à 22h30 depuis la gare routière de la station Berry Uqam. L’arrivée était donc prévue aux alentours de minuit et demi en comptant le passage à la douane. Nous avions très peu d’infos sur le point précis d’arrivée mais nous savions que ça ne serait pas trop loin de l’aéroport.

Traverser la frontière américaine en bus

Arrivés à la frontière, tout le monde descend du bus en n’emportant avec soi qu’un moyen de paiement et son passeport. Le déroulement sur place se passe généralement sans encombre mais l’attente reste aléatoire malgré tout.  Préparez-vous à répondre le plus sereinement et clairement possible aux quelques questions habituelles des douaniers : où vous rendez-vous ? Pour quelles raisons ? Votre adresse sur place ? Quand revenez-vous ? Ensuite, une petite photo, une prise d’empreintes digitales, et un passage en caisse : 6$ par personne pour avoir l’autorisation de rester jusqu’à 90 jours sur le territoire américain.


Le formulaire I-94 (le fameux « papier vert) est accroché à ton passeport et devra être rendu au passage douane au retour si tu es sûr de ne pas revenir aux états-unis par voie terrestre avant 3 mois.
Sinon ? tu as toujours l’option de le rendre au guichet des services de douanes à l’aéroport de Montréal par exemple.

Une fois tout le monde en règle, on remonte dans le bus, qui nous laissera à une station service où se trouve un Dunkin Donut (qui aura toute son importance au retour). Tu te trouveras alors à une quinzaine de minutes de route de l’aéroport. Bon à savoir : d’autres voyageurs risquent fort de s’y rendre également, n’hésite pas à partager un Uber !


Location de la voiture pour la Floride : choix de l’application Turo

Qui dit road-trip, dit voiture ! Pour la location sur place, nous avons opté pour Turo, application de location entre particuliers. On a pu profiter d’une Prius automatique et semi électrique, avec 1250 miles compris dans la loc, pour une 30aine de dollars américains par jour. Top, si on n’est pas trop parano au niveau pépins éventuels. Nous avons choisi l’assurance la plus basique, et avons été très prudents. Cependant oui, tu n’es pas toujours très tranquille pour un road trip dans un état inconnu et des routes américaines.

Récupérer sa voiture à l’aéroport

Un des gros avantages de l’application est de donner la possibilité aux loueurs de définir le point de récupération et dépôt de voiture. Donc aussi à l’aéroport, dans notre cas sans supplément. Un point non négligeable coté confort. L’heure de récupération de notre voiture était prévue pour 8h.

Le moment de solitude ultime ? quand ton gentil loueur te montre rapidement comment s’allume une voiture électrique et que tu galères ensuite à redémarrer, alors que le gars de la sécurité (que tu prends d’abord pour un flic) te somme plus ou moins gentiment de libérer VITE ta place. Son « si tu ne sais pas conduire ce genre de voiture, je te suggère d’en louer une autre » restera gravé. Thank you sir.
T’as pas dormi, tu sues déjà des litres et tu respires aussi bien qu’après 10 min de sprint. Dur.

Second moment transpiration ? Quand tu égratignes la portière (blanche) contre une barrière de l’entrée de la résidence du airbnb, le tout dernier soir. Une éponge, du liquide vaisselle, et beaucoup d’huile de coude de mon copain ont réussi à effacer les traces. Je précise que c’est lui qui conduisait dans les deux cas 😀

La route, une des stars de la Floride

Où se loger à Miami et Orlando et pour quel budget ?

Pour nos deux villes étapes, Miami et Orlando, le classique airbnb ne nous a vraiment pas déçu. Deux chambres (dont une avec salle de bain privée) et deux hôtes au top, pour un tarif vraiment raisonnable.
D’ailleurs, si tu veux profiter d’une réduction pour une location Airbnb, clique juste ici

Un petit chien avec un tutu rose dans les rues de Miami

 

A Miami, nous étions dans le quartier Ives Estates. A une trentaine de minutes de l’aéroport de Fort Lauderdale, proche de Hollywood (pas celui-là , un des autres 🙂 ). Très sécurisant, agréable et proche de plages et du centre commercial Aventura Mall 2. Budget : $165,53 CAD pour 2 nuits.

 


 

 

Résidence privée à Orlando palmiers et piscine

A Orlando, nous visions la proximité avec les parcs. Nous avons trouvé un airbnb magnifique, dans une résidence à la Melrose Place. Je t’en parlerai dans un article à venir. Ca fait aussi parti du rêve, mais pour un tarif vraiment abordable. Budget : $214,54 CAD pour 3 nuits.


LE ROAD-TRIP

Jour 1

Arrivée à Fort Lauderdale et première plage

L’arrivée à Fort Lauderdale était très tôt le matin, mais notre Airbnb n’était disponible qu’en début d’après-midi… Autant dire qu’arrivés dans le quartier en question, la fameuse voiture nous a surtout permis d’y dormir deux heures.
Ensuite, brunch à Ihop, une chaine de diner sympathique pour prendre quelques forces. Par contre, on réalise qu’aucune de nos cartes, ni débit, ni crédit canadienne ne fonctionnent pour régler la facture…Heureusement, nous avions également pris nos cartes françaises qui nous ont sauvé la mise. Il semblerait que l’on aurait du prévenir la banque (Nationale en l’occurence) de notre voyage…Bon à savoir !

Airbnb et Haulover Beach

A l’arrivée dans le quartier résidentiel de notre airbnb, je réalise pleinement que nous sommes en Floride. La sensation est totalement grisante, les maisons colorées, la température idéale. Le tout a de faux airs du voisinage d’Edward aux mains d’argent de Burton…Il faut le savoir, j’aurai du mal à prononcer la phrase « je vais à Miami » sans un gros sourire avant le départ mais « je suis à Miami » n’est pas mal non plus.

La maison (avec piscine) de notre hôte est parfaite. Sa façade orange pimpante annonce la couleur (j’avais même pris le soin d’y assortir mes ongles !). La chambre est propre et accueillante, je suis vraiment sous le charme.
Après une présentation chaleureuse avec notre hôte et ses précieux conseils sur les plages alentours, cap vers la Haulover Beach à Miami. Elle nous a été indiquée pour son coté calme et relax, en opposition avec Hollywood Beach plus clinquante. Notre choix fut vite fait !


La magnifique maison à Miami : accueillante et colorée


Haulover Beach : Sable blanc et chats dans les arbres

A l’arrivée, un parking payant accueille les voitures.
La plage est immense, calme et quasi déserte en cette fin d’après-midi. Les palmiers sont là et tu pars très vite dans tes pensées. La fatigue du voyage se fait ressentir sous la forme d’une nonchalance toute estivale. Passer d’une fin d’hiver québécois aux plages de cartes postales se fait décidément avec une facilité déconcertante. J’ai devant moi une des fameuses cabanes de maitre nageur, d’un beau turquoise.
Bleu du ciel, de l’eau, du bois peint, tout ça s’accorde à merveille avec mon humeur : sereine et et rêveuse.

La cultissime cabane de maitre nageur


Je ne me baignerai pas pour autant. Les embruns suffisent, et j’ai malgré tout peur d’avoir froid. La découverte est timide mais totale.
De retour à la voiture, nous croisons un, puis deux, puis beaucoup de chats, errants mais nourris, à en juger toutes les gamelles qui les rassemblent.
Ils sont beaux et touchants, dans leur petite jungle à eux, au bord de la plage. Ils s’ajoutent à tous les chats que je ne manque jamais de trouver dans chaque voyage.

Des paillettes plein les yeux et le sable


Première soirée à Miami

La journée s’étire puis décline, comme le peu d’énergie qui me restait.
On décide quand même de se tenter Ocean Drive de nuit. Juste pour voir les buildings éclairés accompagner le trajet. Pour prolonger autant que possible cette première journée. Le premier contact est rapide, et comme tu l’imagines peut-être, les clichés sont là. Les voitures rutilantes (certaines louées juste pour la frime), du rap, du bling bling, des cocktails immenses sur les terrasses. Ok, on pourra dire qu’on y est passé, mais la vraie découverte se fera de jour.
J’aime la nuit, mais pas de ce genre-là. Passage éclair au Burger King pour un menu végétarien et il est temps de dormir, enfin.
Rendez-vous demain, beach !

Jour 2

Ballade dans le quartier de Wyndwood

Les choses sérieuses commencent !
Après une bonne nuit, j’avais vraiment envie de voir et découvrir des aspects typiques de Miami. De nombreux incontournables nous attendent.
Un de ceux-là ?  Le Wynwood arts District !
La route, surtout en tant que passagère, est encore une fois un bonheur à elle toute seule. Les radios rock ne manquent pas, l’air est doux, le ciel d’un bleu pur.

Mais d’abord, il faut se garer. On trouve des parkings semi organisés et privatisés tenus par des locaux. Pour payer à l’heure (4$), c’est à la borne que ça se passe, mais attention, ça ne rend pas la monnaie, et on a encore une galère pour payer par carte. Gaffe aux horaires, les rondes de fourrières sont ultra fréquentes, ça se joue à la minute près !

En se promenant, on tombe au hasard sur le magasin de musique Walt Grace Vintage : une mine d’or pour les amoureux de belles guitares et de belles voitures. C’est beau, bien mis en valeur, et on dirait autant un petit musée rutilant et vintage qu’un magasin. Un très bon moment, avec de la bonne musique dans les enceintes. Super aussi pour ramener un beau souvenir : à toi la superbe Ferrari ou une belle Gibson Vintage. Bon, ou juste un t-shirt au nom du magasin.


Wynwoods Walls : temple du street-art

Pause déjeuner dans un des nombreux petit restos du coin. Ca sera un bar à salade pour nous. Plein de couleurs dans l’assiette avant d’en voir sur les murs.
Arrivés à Wynwoods Walls, le coeur du quartier est bien entendu son exposition permanente de street art varié et très inspiré. Pour ça, on a déjà de la chance à Montréal, mais ça vaut quand même vraiment le détour. Toutes les oeuvres sont centralisées, en extérieur mais aussi dans des bâtiments ultra arty où s’exposent encore de nombreuses oeuvres. Le royaume des accros à Instagram, et un superbe endroit où flâner, surtout sous le beau soleil de Floride.
C’est d’ailleurs la course à la photo, tout le monde dégaine son téléphone…

Je perds pas le nord, 16h sera toujours pour moi l’heure du goûter. Nous nous arrêtons au Mister Block (smoothie franchement pas top et évidemment pas donné). Cependant, le break est apprécié et la terrasse intérieure agréable.

Miami beach & Ocean Drive Avenue

Pour continuer d’en prendre plein la vue, cap sur Ocean Drive et sa plage !
Direction la ville de Miami Beach.
Juste en voyant le fameux panneau vert sous le soleil cette fois, le rêve est là, sous nous yeux, en toutes lettres. Et encore et toujours, les palmiers, l’océan et le sable blanc.
Attention, on n’est pas dans le pittoresque ici, plutôt dans le gentiment clinquant tendant kitch. Pour ma part, pas d’envie de prendre un verre ici, juste marcher et profiter des embruns. C’est aussi ça voyager : juste vivre, sans forcément consommer.
On se promène sur la plage, on croise bien sûr les adeptes de bodybuidling et fitness. De mon coté, je profite, je respire.

On y est, c’est écrit !


Mon seul achat ? une indispensable paire de lunettes bon marché, que j’ai fini par perdre quelques moins plus tard à Woodstock.
Si tu veux ramener quelque chose je te conseille la boutique souvenir The Official Art Deco Gift Shop. Bourrée de petites trouvailles mignonnes ou plus déjantées : des bijoux fantaisies aux mugs incontournables en passant par les fameuses plaques d’immatriculation (pas des vraies, attention). Tu trouveras forcément ton bonheur.

South Beach & Quartier art déco

Pour un coté plus authentique, tu ne peux pas manquer le quartier art-déco à South Beach. A toi les façades pastels et le charme vintage qui te fait voyager quelques décennies en arrière. En effet, cette ancienne île a été prise d’assaut à partir de 1912 par les promoteurs qui ont dompté la nature.
Adieu herbes sauvages et marécages, place aux hôtels aux formes typiques et aux couleurs acidulées. L’architecture est bel et bien unique.

La fin de journée approchant, on visait le quartier Little Havana pour le charme cubain, mais il faut dire ce qui est, on s’est totalement planté de chemin pour nous y rendre…

Ca sera finalement un retour sur Miami Beach et un lot de consolation avec Espanola Way : une rue remplie de petits restos pour tous les goûts et presque tous les budgets. On se croirait en effet dans un village espagnol. Ok, il faut se préparer à être interpelé par chaque resto qui offre étonnement tous la meilleure cuisine.
Pour faire dans le presque local, on s’est laissé tenter par les saveurs cubaines.


Jour 3

Les Everglades

Cette (trop courte) partie du voyage mérite son article à part. Tu le retrouves juste ici

Jour 4 & 5

Parcs d’attraction

Cap vers Orlando, le paradis des parcs d’attraction en tous genre. Je t’y amène juste là

Jour 6

Départ d’Orlando vers Boca Raton

Après deux jours intenses aux parcs, nous avons opté pour un brunch avant de repartir. Petit moment de solitude quand j’ai voulu demander des oeufs tournés sans plus savoir du tout le terme anglophone. Over-easy eggs, ça devrait pourtant être over easy de s’en souvenir, right ?
Le temps n’était pas terrible, et le départ ne fut donc pas trop à regret…C’était sans compter la dernière étape de notre road-trip : la ville de Boca Raton (la gueule de rat ? Ok)

C’est en lisant le blog de Hello Panducci que j’ai eu envie faire une halte ici sur le chemin du retour. Presque 3h de route pour arriver dans l’après-midi et sous un soleil radieux dans une ville totalement typique, digne du village de Barbie. Propre, colorée, adorable. Encore et toujours des palmiers ornants les belles allées, des devantures et façades toutes pimpantes sans être clinquantes.  Un joli kiosque, des terrasses accueillantes. Et de belles, très belles voitures un peu partout.



Key Lime Pie

Mon objectif ici ? Profiter jusqu’au dernier moment et goûter enfin à la fameuse Key Lime Pie ! Une tarte à la lime, sorte de citron vert. Impossible de quitter la Floride sans cet aspect précis du tourisme culinaire.
Nous avons opté pour un restaurant assez chic à qui j’ai gentiment demandé si nous pouvions ne consommer qu’un dessert (oui, il était bien 16h si tu as suivis).

Bon, je dois dire que la tarte fut difficile à terminer tant elle était sucrée. Moi qui imaginais un bon petit coté acidulé, le shoot de glucose à été rude à avaler. Mais service adorable et prévenant, et lieu tellement agréable. Une parfaite pause avant un retour à contre coeur vers l’aéroport de Fort Lauderdale, à moins de 30 minutes de là.

Vol retour vers Montréal

Comme à l’allée, notre gentil loueur nous attendait directement sur place pour récupérer sa voiture. Un luxe ultra appréciable. Et comme à Montréal, les parkings et portes se divisent par compagnies aériennes. Notre point de rdv était donc facile à trouver.
Le retour en avion à 22h47 s’est fait sans encombre mais à l’heure où nous prenions l’avions et dans l’espace d’attente de notre vol, les options pour manger étaient vraiment limitées et VRAIMENT hors de prix. Si ça te fait mal d’avance, pense à prendre ta nourriture.

Retour difficile à Plattsburgh

Le bus retour était prévu à 6h10 tôt le matin, et nous aurions plusieurs heures à attendre avant de pouvoir le prendre et retrouver Montréal…


Une fois atterris à 1h59 l’aéroport de Plattsburgh, nous avions donc prévus d’y trainer, des images de palmiers plein la tête en pleurant un peu, roulés en boule sur un banc. Ce fut sans compter que nous avons été (gentiment, certes) amenés à quitter les lieux puisque l’aéroport fermait tout simplement pour la nuit.

Tu te retrouves donc dans le froid, la pluie qui commence à tomber, presque 4h avant le départ de ton bus. Le Dunkin Donut de la station service n’ouvrait qu’à 5h, et après avoir repris un Uber pour s’y rendre, nous avons donc attendu, collés à la devanture, recroquevillés et tremblotants, dans un parfait (très long) moment qui te fait dire que tu en riras plus tard.
L’ouverture des portes du Dunkin a représenté un moment anormalement émouvant et le muffin déjeuner et le thé ont clairement été les meilleurs du monde.


Si c’était à refaire…petits conseils :

  • Fais attention aux heures de fermetures des aéroports…
  • Mieux s’organiser pour aller voir le quartier cubain Little Havana
  • Pas sûre de repasser par Plattsburgh. Ca vaut le coup, pour le coup, d’y mettre le coût 🙂 Etudie bien les différences de prix et prend en compte la fatigue.
  • Assure-toi bien auprès de ta banque que tes cartes de débits/crédits vont pouvoir passer. Il peut être nécessaire de les prévenir de tout voyage avant.
  • Compte-tenu de notre programme chargé et du temps limité, je ne découvrirai pas l’archipel d’îles des Keys Islands cette fois-ci. Je pense qu’elles méritent un voyage presque à elles toutes-seules. L’occasion d’un futur périple j’espère.
  • Prévois toujours un peu de cash dans la monnaie locale au cas où.


Les petits bonheurs de la Floride :

  • Juste rouler, fenêtre ouverte, sur les routes, avec du Rock américain bien sûr
  • Les plages, toutes uniques
  • Ramener du sable en souvenir dans des jolies bouteilles et comparer les couleurs
  • Profiter de l’ambiance cubaine
  • Craquer pour une key lime pie
  • Essayer d’observer les dauphins dans leur milieu naturel
  • Un coucher de soleil sur la côte Ouest
  • Observer les alligators et se prendre pour Indiana Jones dans les Everglades
  • Découvrir une culture amérindienne
  • Passer un ou deux jours dans un parc d’attraction selon ses goûts
  • S’arrêter dans une ville au hasard sur la route. Toute découverte sera intéressante !
  • Et profiter, partout, tout le temps. Tu es en Floride, il fait sûrement très beau, et tu vivras avec ces souvenirs toute ta vie. Détends-toi et enjoy.


Cher état du Soleil, tu portes bien ton nom. Tu m’en as mis dans la tête, dans le coeur et tu peuples encore mes souvenirs, un an après.
J’ai adoré te découvrir, respirer tes embruns, profiter de ta douceur et de tes multiples visages. Malgré les apparences, tu n’es pas superficiel mais plein de vie. Et tu en donnes à tous les chanceux qui foulent ton sable pailleté.

Française installée à Montréal, minimaliste/multipassions : nature, animaux, bien-être, adrénaline. Espère t'intéresser, te faire voyager, échanger avec toi et changer le monde.

4 Comments

  • Jerry Kan

    MERCI pour cette visite de rêve! ✨
    Un article excellent et des photos plus que motivantes!! De quoi clairement titiller les envies de voyages. Vivement la suite de ton récit dans les everglades 🐊 pour continuer à en prendre plein les yeux.

    • Marge

      Un gros merci à toi ! C’est génial si je donne envie de découvrir ces endroits que j’ai tellement aimé ! Merci pour ton soutien et à très vite pour la suite.

  • Ben

    Quel article ridicule et risible ! Parler de Floride sans mentioned le Morrisound studio et la scène death Metal !! Je ne reviendrai plus jamais sur ce blog pendant au moins une heure, que cela se sache !

    Blague à part je te découvre ton blog pour la première fois bien qu’il se trouve sauvegardé dans mes favoris depuis un moment.
    C’est très agréable et rafraîchissant à lire, surtout depuis mon bureau au travail. C’est con mais en lisant ce genre de texte tout en buvant mon café je m’évade un petit peu et cela me met de bonne humeur.
    Tu présente ton voyage d’une façon telle qu’on a forcément envie d’aller nous-même en Floride pour partager un peu ton expérience sauf pour la lime tart parce que quand il y a trop de sucre c’est pas bon.

    Même si personnellement si je devais me rendre aux USA je commencerai par New York sans que je ne puisse vraiment expliquer pourquoi. Me perdre dans une ville qui ne dort jamais ? La réputation de cette dernière ? Le côté “America” tout en ayant un style bien “NYC” ? Le cinéma, les concerts, le MSG etc ? Ca se fera surement un jour mais pas dans l’immédiat… En attendant je peux toujours te lire pour avoir une autre vision de la ville, tu y es allée trois fois il doit bien y avoir un petit article sur le sujet quelque part, non ? 🙂

    • Marge

      Hey Ben ! Quel beau commentaire que voilà. Ca me fait super plaisir de te retrouver ici. Bon, j’ai eu une petite seconde de sueur froide au début mais MERCI pour tes mots.
      Ravie que tu aimes, et que tu lises tout ça depuis ton bureau haha. Si je donne envie de voyager et découvrir à son tour, c’est génial, mais tu es déjà aussi un aventurier toi 😉
      Pour New-York, comme je te comprends. Ca reste pour l’instant ma ville coup de coeur. Tellement riche et contrastée que tu peux y trouver tout ce que tu recherches dans un voyage. Il faudrait que je parle de certains endroits découverts lors de mes précédents voyages là-bas. Pour un premier voyage aux USA, c’est clairement indiqué en tout cas.
      Encore merci de me suivre ici, et à très vite.
      Maintenant retourne bosser enfin !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *