Drapeau du Canada qui flotte au vent
La vie à Montréal

Mes 12 moments forts en un an de PVT à Montréal

Je suis arrivée à Montréal fin Janvier 2018, et la première année est passée à une vitesse folle…
Je n’avais pas une « bucket-list » établie en m’expatriant, mais des rêves et envies plein la tête, des petits détails aux plus grandes réalisations.
Un an, 12 mois, et tellement d’opportunités à saisir, provoquer, réaliser.
Voici un petit échantillon de 12 moments forts depuis mon installation au Québec…

1 – Ma tyrolienne au dessus de la place des arts ( Février)

Arriver à Montréal en hiver, c’est entrer les deux pieds dans la neige, sous des températures que l’on imagine plus ou moins bien.
C’est découvrir le visage d’une ville dont le rythme s’adapte à cette saison longue, parfois rude, mais aussi pleine d’activités uniques à ne vivre qu’ici, maintenant.
Après avoir pris mes premières marques, le festival Montréal en Lumière était un rendez-vous à ne pas manquer pour sortir de son appartement fraichement trouvé.

Une des activités proposée en extérieur (outre la glissade) est la fameuse tyrolienne sur la place des arts. 180m à traverser d’une rue à l’autre dans les airs, que j’ai pu faire à la nuit tombée, et les lumières de la ville qui commençaient à s’intensifier. Je me suis prise pour spiderwoman, volant suspendue à mon fil entre les grattes-ciel.
Quelques secondes de bonheur et d’euphorie, et une magnifique façon de faire connaissance avec Montréal sous un angle original.

2 – Mon premier ange dans la neige (Mars)

Dans la catégorie « joie de l’hiver », l’ange dans la neige est un grand classique, juste à coté de ta première chute sur le verglas. J’ai choisi l’option plus mignonne, moi qui n’avait jamais eu le plaisir de connaitre de telles quantités de neige.

Je viens du sud de la France et je suis à moitié Corse. Je n’ai jamais non plus eu l’occasion de profiter des sports d’hiver en Montagne. En gros, je suis une novice en terme de manteau blanc. Quel meilleur endroit que mon pays d’adoption pour se vautrer dans une épaisse couche cotonneuse sous un beau soleil, et réaliser cette oeuvre éphémère que je n’avais vu que dans les films ?
Après une ballade au lac aux castors, et sur le chemin pour reprendre le bus, ça m’a pris comme ça, c’était le moment.
Tant pis pour mon tout nouveau manteau d’hiver, c’est parti !

3 – Ma visite au parc Oméga (Mars)

J’adore les animaux, et j’avais bien l’intention de découvrir les espèces que l’on ne voit qu’ici. Ma première virée hors de Montréal fut donc toute choisie avec le Parc Oméga. Une magnifique réserve ouverte toute l’année et faisant la part belle aux animaux du Québec. On traverse le parc en voiture et à pieds, avec l’occasion d’approcher et nourrir de carottes les nombreux cervidés curieux et avides qui viendront (baver) à ta fenêtre.

C’était notre première location de voiture, une fin d’hiver radieuse, des températures clémentes, peu de monde, et une journée riche en émotions. Découvrir le parc Oméga l’hiver est totalement conseillé si le temps est agréable. Moins de monde, toujours autant d’animaux, et un décor naturel majestueux. L’occasion d’approcher également des loups fut un moment magique. A faire et à refaire.

4 – Mon road-trip en Floride (Avril)

Dès la fin de mon premier hiver, j’ai eu envie de m’envoler pour des contrées encore inconnues pour moi, à la fois suffisamment proches mais déjà totalement dépaysants, à un tarif intéressant. Cap vers les Etats-Unis et l’état du soleil, la belle Floride !
Une bouffée d’aventure, de découvertes, de nature incroyable. De l’adrénaline, des émotions, des alligators, et tellement, tellement de palmiers ! Un premier voyage qui restera gravé dans mon esprit.
Et je dois avouer que de passer des températures de fin d’hiver Montréalais et de la neige au soleil éclatant, plages à perte de vue et 28 degrés fut une expérience des plus réjouissantes. Un luxe à portée d’avion, les 3h de vol les plus efficaces en terme de changement de décor. Des souvenirs pour toute la vie.
Pour la partie Miami c’est ici
Pour les Everglades, juste là

5 – Les Chutes du Niagara (Juin)

Arc en ciel sur les chutes du Niagara

Un des passages obligés à mon sens lorsque l’on la chance de vivre sur le territoire Canadien est de se rendre aux fameuses chutes du Niagara. Celles dont juste le nom évoque déjà une idée d’aventure, de grandeur, de nature sauvage et indomptable.
Je ne sais pas toi, mais de mon coté, je ne savais pas forcément exactement où ce site unique se trouvait avant d’habiter ici, ni que l’on pouvait l’observer à la fois du coté Canadien et Américain. Je ne savais pas forcément non plus que la ville qui jouxte les chutes à misé sur un coté fête foraine, clinquant et assumé.
J’ai en tout cas adoré cette visite en Ontario, ces quelques jours de début d’été parfaits, entre Toronto et ce spectacle grandiose.

6 – Le concert des Foo Fighters au Festival d’été à Québec ( Juillet)

Je suis fan de musique. Du genre à être chanteuse moi-même, assumée très tard, mais qui n’a par contre pas beaucoup attendu avant de découvrir la joie des concerts. J’ai eu la chance de voir énormément de groupes en live, que ça soit dans tes petites ou plus grandes salles. Je suis également une adepte de festivals comme mon cher Hellfest, dont j’ai religieusement suivi chaque édition de 2007 à 2017.

J’ai souvent profité du passage d’un groupe que j’adore pour aller visiter une autre ville, voire un autre pays.
Dans le cas présent, quand j’ai appris que les Foo Fighters allaient jouer quasiment le jour de mon anniversaire au Festival d’Eté de Québec, je n’ai pas hésité ! Ca serait l’occasion parfaite de découvrir la ville, et de voir ce groupe mythique pour la première fois. Ce concert était en plus particulier pour la bande de Dave Grohl puisque leur précédent passage à ce même festival avait carrément du être annulé après quelques minutes de show. Un véritable déluge s’était alors abattu sur le site. Je raconterai plus précisément ce concert hallucinant dans un article dédié mais il fait tout simplement parti de mon top 3.

7 – Mon épluchette de blé-d’inde (Août)

Ce moment-fort est deux-en-un : Posons le décors.
Arrivée à Montréal, j’avais comme objectif de monter un cover band avec des musiciens locaux pour monter un show et pouvoir jouer partout où on pourra ! Je n’ai pas trop attendu et mon copain guitariste et moi-même avons rejoins un batteur et bassiste qui avaient déjà l’habitude de jouer ensemble. Après quelques heures de répétitions, Waking Hour était né !

Quelques mois de travail plus tard, notre bassiste nous a proposé d’animer une épluchette de blé d’inde dans son agréable jardin. Une éplu quoi ?
Cette tradition purement québécoise est une façon de célébrer la fin de l’été, quand les (très) beaux jours sont encore là et que l’on veut prolonger ce doux sentiment estival.
Comment ? En organisant un repas façon garden party où le blé d’Inde occupe une place centrale. Tu sais, ces merveilleux épis de maïs souvent bicolores et tellement délicieux en cette saison, à déguster bouillis après les avoir au préalable « épluchés ». Une activité ultra ludique à faire entre amis et en famille.

J’ai adoré vivre ce moment, et je me suis sentie tellement accueillie, et très québécoise. Nous avons joué dans le jardin, au bord de la piscine, avec les blé d’inde en train de cuire à coté de nous. Le repas fut une petite merveille : quelques bonnes salade, des hot-dogs grillés, et ce maïs doux que l’on roule dans le beurre et saupoudre de sel…Un délice, sincèrement. Ca avait le goût de l’été, du partage, de la douceur. Avec du beurre et du sel dessus, donc.

8 – Les baleines à Tadoussac (Août)

Quand tu habites au Québec et que tu t’intéresses à la nature et aux animaux, tu ne peux qu’entendre très vite parler de Tadoussac (entre autre). En effet, cette ville au bord du Saint-Laurent accueille une population aussi riche que fragile de cétacés, que l’on peut observer de différentes façon pendant la période propice.

J’avoue que j’avais très peur du coté non éthique de l’observation touristique, et j’avais même fait une croix sur les croisières dédiées, mais un roadtrip en Gaspésie fut l’occasion d’étudier sérieusement la question.
Là encore, un article sera consacré à ce sujet, mais j’ai pu observer dans leur milieu naturel des rorquals communs, à bosses, petits rorquals et même un passage de Bélugas. J’en garde un souvenir magique et ému. Un moment de grâce, de contact avec toute la beauté, la richesse mais aussi la fragilité d’un écosystème tellement mis à mal.

9 – Ma visite à Woodstock (Septembre)

Woodstock…Si UN nom de ville évoque à lui-seul tout un festival (héhé) d’images, c’est bien lui. Psychédélique, rock, hippie, boue, peace n’ love, concerts, 1969, Jimi Hendrix, Janis Joplin. La conscience collective te permet presque de revivre des souvenirs que tu n’as définitivement vu que dans des documentaires ou dans ta tête. De la même manière que j’ignorais il y a encore peu où se trouvait exactement les chutes du Niagara, je ne situais pas Woodstock aussi proche de New-York.

Alors quand un concert d’un groupe de la région dont je suis fan est organisé là-bas, j’ai évidemment sauté sur l’occasion.
Bien que le festival n’a pas eu lieu exactement à Woodstock, la visite de cette ville en cette fin d’été fut chargée en émotion. Le simple fait de voir apparaitre le panneau en toutes lettres est hautement symbolique. Un souvenir très fort.


10 – Les couleurs de l’automne (Octobre)

Le Canada et Québec rayonnent dans le monde entier grâce à cette saison magique et flamboyante qui fait « prendre feu » les arbres et forêts. J’avais tellement hâte de voir ça de mes propres yeux. La fin de l’été et les températures qui se rafraichissaient ont pourtant été un moment assez mélancolique pour moi.
J’ai presque failli trop attendre avant de partir à l’assaut du « festival des couleurs » en choisissant quelques points clés où la variété des teintes étaient à son apogée. Un petit road-trip de quelques jours à travers le Québec et l’Ontario m’a heureusement fait vivre de magnifiques moments d’automne et m’a tapissé le coeur de nuances de roux. Inoubliable.


11 – Mon premier concert ! (Novembre)

Après notre premier petit concert lors de l’épluchette de blé d’inde, il était temps de jouer dans la vraie vie !

J’allais enfin quitter le confort (relatif) de ma chaine Youtube et expérimenter un vrai show devant un vrai public. Ce premier concert dans un bar a donc été un baptême du feu pour moi, avec ce mélange d’émotions contradictoires et d’adrénaline propre à la musique. Entre fierté et perfectionnisme, bonheur et appréhension, espoirs et déceptions.
1h30 de covers rock, alternatives, avec une grande place pour les années 90.
Pearl Jam, Silverchair, The Cranberries, No Doubt, Tool, Korn…Merci au Québéc de permettre aux groupes de jouer ce qu’ils ont envie, et d’être encore ouvert à la musique rock et live.
Les fêtes de fin d’années ont ensuite ralenti notre rythme de répétitions, mais je compte bien poursuivre sur une nouvelle lancée cette année !
2019 sera musicale, quoi qu’il arrive…

12 – La création de mon blog ! (Décembre)

Enfin, voici une des réalisations qui a étrangement demandé tellement de temps à se mettre en place.
J’aime bien dire que je suis blogueuse depuis de nombreuses années…dans ma tête ! Et oui, je ne compte pas le nombre d’idées d’articles, de sujets qui me font réagir, d’activités testées que je veux partager, d’informations à donner que j’aurai voulu lire moi-même, d’envie d’écrire qui n’ont jamais quitté mon journal intime…

J’ai eu la chance de travailler dans des domaines qui me passionnent et pour lesquels j’ai adoré écrire et m’investir, mais lorsqu’il s’agit de se créer son espace à soi, c’est une autre histoire.
Alors non, ce n’est pas encore le blog de mes rêves, oui il va évoluer au fur et à mesure, mais il est enfin là, et les dizaines d’articles qui dorment en brouillons vont enfin, je l’espère, pouvoir être lus.

Alors merci à toi qui parcoure ces lignes, et à très bientôt pour partager My Own Journeys…

Française installée à Montréal, minimaliste/multipassions : nature, animaux, bien-être, adrénaline. Espère t'intéresser, te faire voyager, échanger avec toi et changer le monde.

2 Comments

  • Thierry

    Bonjour Marge 🙂
    Désolé pour la question si c’est un peu négatif, mais j’aimerai savoir qu’y a t il de moins positif au Québec par rapport à la France ? Les températures doivent en faire parties. J’ai cru remarquer qu’il y avait beaucoup de français qui allaient vivre au Canada, mais revenaient vite en France comme déçu.
    Les québécois sont ils des gens accueillants ?
    La vie en général est elle plus cher qu’en France ?

    Merci Marge 🙂💐

    • Marge

      Salut Thierry !
      Très bonne question au contraire, et je compte bien y répondre en détails dans un article ou peut-être même une vidéo !
      Je pense qu’il faut se préparer un minimum avant de s’expatrier sans se faire avoir par les clichés justement et être déçu. Mais bien sûr, ce n’est que sur place que tu réalises vraiment ce que c’est de vivre dans un nouveau pays. Merci encore pour ta question, à très bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *