Québec,  Voyages & Activités

Kayak de mer à Gaspé et découverte de Percé

Dans cette nouvelle étape de mon road-trip en Gaspésie, je t’emmène avec moi à la rencontre des phoques en kayak de mer dans la baie de Gaspé.
Nous poursuivrons ensuite vers la ville de Percé, son rocher, son littoral et son géoparc plein de surprises. Des découvertes pleines d’émotions dans un décor somptueux. Tu me suis ?


Réveil matinal sur la plage de Cap-aux-Os

Après une nuit un peu trop courte mais vraiment agréable dans mon vaisseau-bulle, il est temps de prendre un rapide petit-déjeuner et d’aller à la rencontre tant attendue des phoques.
Le fait d’avoir directement dormi sur le site-même de Cap Aventure présente un avantage certain quand on doit être prêt à 8h du matin.
Aujourd’hui, le ciel est un peu couvert mais le vent semble s’être calmé. Ca tombe bien, c’est le moment ou jamais de saisir cette seconde chance !
Un couple se rajoute à notre groupe, et c’est donc à 6 que nous avons rendez-vous avec notre guide, Antoine.

Le départ en Kayak se fera d’ici, la plage de Cap-aux-Os


Tout d’abord, un petit mot sur l’activité exceptionnelle du jour et l’entreprise qui va nous encadrer.
Cap Aventure a pour mission de nous faire vivre un moment inoubliable, dans le respect du patrimoine qui nous entoure. Pour assurer des observations éthiques et éducatives, ils sont par exemple partenaires des biologistes du Réseau d’Observateurs des Mammifères Marins (ROMM) et en relation avec les formateurs du programme « éco-interprètes » du Cégep de la Gaspésie.

Les guides sont parfaitement formés en Kayak de mer évidemment, mais également en sécurité nautique et secourisme. Un cadre rassurant et sérieux, d’autant plus important lorsqu’ils s’agit d’activités en milieu naturel et en lien avec des animaux.
C’est depuis leur point de départ de la plage de Cap-aux-os que démarrera notre découverte du cadre magnifique et idéal de la baie de Gaspé.
Tu te demandes pourquoi ce nom de Cap-aux-Os ? Il y a plusieurs pistes, mais l’une d’elle évoque la présence de nombreux ossements de baleines, vestiges de chasse…


Formation express en Kayak de mer

Tout commence par la signature d’une décharge, avec la prise de connaissance habituelle des risques liées à l’activité. Après ça, c’est parti pour une leçon mi théorie/mi pratique. Le moment de se saisir de notre pagaie pour en apprendre les règles de l’art. Nous voici donc debout à pagayer dans les airs, les coudes parfaitement à 90 degrés, le regard conquérant et la main assurée.
L’idée sera également de faire partir le mouvement du dos et des abdos, plus que des bras finalement. J’en saisirai l’importance en situation.
Jusque là, c’est simple.

Ensuite, on nous explique comment nous positionner dans le kayak, le plus lourd à l’arrière, qui donnera l’impulsion générale sur l’avancée de l’engin. Des « pédales » servent d’appuis sur lesquels caler tes pieds dans le fond de l’embarcation. Tu dois ajuster la position de tes jambes pour qu’elles ne soient ni trop tendues ni trop pliées. Je fais des efforts pour rester concentrée, et je saisis l’importance de l’encadrement dans une activité simple mais technique.
On rabat enfin la fameuse jupe qui viendra (si tout va bien) empêcher l’eau de pénétrer dans le kayak. Nous voilà prêts à se lancer à l’assaut du Saint-Laurent !

Au programme : environ 3,5 km jusqu’au point stratégique d’observation, s’émerveiller avant de refaire le chemin inverse.
7 km qui, au moment du départ, ne nous effraient pas.


Le Kayak de mer dans la baie de Gaspé

C’est partiiiiiii ! Aussi frais que possible en cette matinée, sous le soleil qui s’est levé et bravant les quelques vagues, on s’élance gaiement sur les flots. C’est une première pour moi en mer, ma dernière fois en kayak remonte à mes 16 ans sur la rivière de l’Aude dans le sud de la France…
Le rythme est assez soutenu sans être trop sportif, on avance bien, et la promesse de la rencontre avec les phoques est un très bon moteur. On discute en chemin avec notre guide, on en apprend plus sur les colonies de phoques gris et communs (plus rarement les phoques du Groenland et à Capuchon) qui peuplent les côtes.


Phoques gris ou phoque commun ?

Une bonne façon de les distinguer ? Attention, gros argument scientifique : le phoque commun est le plus mignon en mode tête de chien (on appelle d’ailleurs volontiers « chiot » le petit du phoque 🙂 ), quand son cousin le phoque gris à des petits airs d’Alf l’extra-terrestre, ou d’un cheval. C’est aussi un champion d’apnée et peut plonger à 300 m de profondeur !
Evidemment, nous aimerons aussi fort l’un que l’autre.
Les phocidés choisissent la baie de Gaspé pour sa richesse en nourriture. Ses îlots rocheux offrent quant à eux des repères de choix pour se reposer entre deux séances de pêche.
Vincent, directeur des opération à Cap Aventure, m’a gentiment fait parvenir quelques photos pour que tu puisses voir ces petites merveilles de plus près.

Un magnifique phoque commun. Crédit photo : Vincent Gaillard
Un tout aussi magnifique phoque gris. Crédit photo Benjamin Poudou


Le vent est toujours plutôt clément même si la mer n’est pas d’huile.
Nous approchons enfin de la zone d’observation… Ca y est ! On aperçoit de nombreux phoques qui se prélassent au soleil sur les rochers. Parmi eux, des phoques communs et leur position typique « en banane ». On scrute l’eau pour en apercevoir dans leur élément Notre guide a bien insisté en amont sur le fait de leur laisser la plus grande tranquillité. Pas question de pagayer vers eux, de s’en rapprocher ou de venir se coller aux côtes. Une éthique bienvenue et essentielle. Nous restons bien calmement dans notre zone, en pagayant doucement.


Rencontre magique avec les phoques

C’est alors qu’un phoque plus curieux que les autres fait surface juste à l’arrière de notre kayak, puis vient plonger et rouler sur le dos à l’avant, juste devant moi. Je vois son gros ventre plus clair et je croise son regard, le moment est totalement magique. Je suis euphorique.
A ce moment précis, on réalise d’autant plus sa chance d’être là, et de vivre ce genre de rencontres. Ces instants sont particulièrement intenses, émouvants, précieux. Aller à la rencontre des animaux, des élément, sans savoir à quoi s’attendre exactement. Et être récompensé au-delà des espérances…

Merci la Gaspésie !

Les phoques ne sont pas timides…Crédit photo : Vincent Gaillard
Les phoques qui se prélassent au soleil. Tu vois la banane grise ?


On continue notre route maritime, mais j’ai presque peur de toucher un animal avec ma pagaie. Je redouble donc de prudence et mesure chaque geste, en scrutant autour de moi. Comme avec les Bélugas, les phoques peuvent être extrêmement curieux et chercher à se rapprocher des embarcations, pour voir les visiteurs de plus près. A nous d’être responsables et de se contenter de ces observations déjà si précieuses.

Rencontre avec les phoques en mer en Kayak


Il est temps de rebrousser chemin et de dire au revoir à nos nouveaux amis. Laisser la nature et ses habitants profiter de leur environnement sans distraction. Tout à notre bonheur d’avoir pu rencontrer les phoques espérés, on ne remarque pas forcement que le vent est plus fort, les vagues moins légères. Dans ce sens retour, leur direction ne nous aide plus du tout et l’avancée se fait moins fluide. Pire, c’est carrément le mal de mer qui commence à se faire sentir.


« Y’a pas de fatigue qui soit »

Notre guide et son expérience nous proposent des morceaux de gingembre confis, mi-friandise mi-remède. J’accepte volontiers mais ça ne vaut pas les médicaments préventifs que je n’oublierai décidément plus à l’avenir. J’ai toujours été sujette au mal des transports mais de là à penser avoir le mal de mer en Kayak, voilà une bien belle découverte !

Retour vers la plage de cap-aux-os en Kayak


Le groupe se fait un peu plus décousu, chacun est plus concentré sur le point d’arrivée qui est loin d’être en vue. Les conditions ne vont pas en s’arrangeant et la nausée est maintenant bien présente. Le kayak suit le mouvement des vagues et on remue à un rythme régulier. Je saisis d’autant plus l’importance de se concentrer sur les abdominaux et le dos pour accompagner les pagaies. Tout n’est pas que dans les bras, et heureusement vu la taille des miens.

En tant que grande fan de Kho Lanta, j’ai plus que jamais en tête cette phrase mythique d’une candidate body buildée sur son radeau de fortune, hurlant à son équipe un guttural « Y’a pas d’fatigue qui soit, haaaaaaaaa ». Merci Sara. Fais-toi ce petit plaisir ici

« Y’a pas d’fatigue qui soit ! HAAAAA ! »


Retour difficile sur la plage

Au bout de presque une heure, la fatigue y était clairement, mais la plage est toute proche. Notre guide essaye dans un premier temps de nous réunir autour d’une bouée pour ensuite nous faire accoster chacun notre tour. Tel était le plan mais il y a comme une espèce de transmission implicite de « chacun pour soi, tous sur la plage ». On se dirige tous en même temps vers le sable salvateur.

Le premier Kayak y parvient sans encombre, nous les suivons et dans notre sillage, nos deux partenaires de road-trip se retournent dans l’eau en un éclair, juste avant l’arrivée. Une rapidité qui en dit long sur la chance d’y avoir échappé nous-même ! Dans un dernier effort, nous tirons notre embarcation sur le sable, fiers, heureux et fatigués.

Quand j’arrive sur la plage sans m’être retournée dans l’eau


J’ai adoré cette activité mêlant sport, nature et animaux. Encore une rencontre inoubliable dans un cadre privilégié.
Après une bonne douche sur le site, nous embarquons cette fois dans notre voiture, direction Gaspé !


Visite éclair de la ville de Gaspé

Nous avons prévu une pause restaurant et une découverte rapide de la ville avant de rejoindre Percé pour deux nuits.

Le beau Café des Artistes, décoré façon brûlerie à l’ancienne et légendes maritimes nous fait de l’oeil. Dommage, la carte est plutôt chère et la taille des plats de pâtes et pizzas vraiment réduite. Je reste sur ma faim et nous partons faire un tour dans la petite ville. Après quelques boutiques souvenirs, nous tombons sur une petite base navale en bord de mer qui fait parti du site historique « Berceau du Canada« . Pittoresque.


Une heure environ nous sépare de notre prochaine étape pour les deux prochains jours : l’incontournable ville de Percé et son célèbre rocher. Nous avons réservé une tente tout confort qui peut nous accueillir tous les quatre en mode prêt-à-camper. C’est la seule fois du séjour où nous aurons le luxe de nous poser deux nuits d’affilée au même endroit. Au-revoir Gaspé, merci pour tes plages et tes phoques…

C’est reparti ! La route est toujours aussi belle et agréable, et nous voyons enfin apparaitre sous nos yeux l’immense rocher plat que j’ai hâte de découvrir de plus près. Magnifique et sculptural.


Arrivée au Camping de la Baie à Percé

D’abord, notre installation au Camping de la Baie, une grande structure qui accueille de nombreux vacanciers au coeur du Géoparc de Percé. Mon premier vrai terrain de camping !  Je découvre avec enthousiasme notre petite maison/grande tente rouge et blanche. A l’intérieur, un grand lit deux places confortable, un canapé-lit à déplier et une table. Nous sommes placés en bordure de forêt, et les sentiers qui mènent aux nombreux géosites commencent littéralement à deux pas de notre emplacement. Deux espaces de douches/toilettes communes complètent le service.

Notre charmant prêt-à-camper dans le camping de la baie


Le camping est idéalement entourés de restaurants, d’une épicerie, laverie et de la fameuse micro brasserie Pit-Caribou. Ce soir d’ailleurs, après un repas tranquille sur notre petite terrasse privée, nous irons y tester les bières du coin. Le lieu est chaleureux, typique et joliment décoré. A tester si vous êtes de passage !

Nous revenons à pieds dans notre tente pour une nuit reposante avant la journée de découverte de la ville, entre bords de mer, port, et nouvelles randonnées. 



A la découverte de Percé

Le réveil est matinal et un beau programme nous attend. Savoir qu’on reste dormir ici ce soir permet de prendre un peu le temps : ce matin, ça sera brunch !

Nous choisissons La Maison Martine, à environ 10 minutes à pieds du camping. Un des seuls restaurants à servir le petit-déjeuner, beaucoup de lieux étant fermés, déjà presque hors saison.  Les portions sont juste correctes et le prix plutôt raisonnable pour une ville très touristique. 

L’appel de la mer se fait sentir, je vais enfin pouvoir me rapprocher de ce monumental rocher Percé, en marchant au bord de l’eau, cette vue splendide face à moi, et les oiseaux marins en gardiens des lieux. Ce décor unique mérite le déplacement, l’aventure, la découverte. Nous sommes à présent bien loin de Montréal et je savoure cette nouvelle journée et son lot de nature et d’air pur.
Partout, la vue est digne d’un tableau magnifique et changeant.

Un tableau vivant
Le rocher percé nous en met plein la vue
La couleur de l’eau est plus engageante que sa température


Balade dans Percé

La question se pose à ce moment-là de traverser à pieds à marée basse pour atteindre le rocher par l’eau. Ca ne sera pas pour cette fois, le niveau étant encore haut, et un riche programme nous attendant encore.
Pour l’heure, nous longeons les falaises et leur reliefs escarpés, puis cap vers le port et sa jolie promenade. Chaque étape de ce road-trip est décidément particulièrement généreuse.


Ca fait tellement de bien de se promener en bord de mer, même quand la température de celle-ci n’est pas des plus accueillantes. En tant que fille de la Méditerranée, c’est toujours une émotion particulière que de découvrir la variété des plages, des récifs, les différents visages que peut prendre l’eau qui recouvre notre belle planète bleue. Aucune plage ne ressemble tout fait à une autre. Mais elles ont toutes en commun cette magie propre à cet élément, fascinant, riche, apaisant ou plus tumultueux.

Où que tu sois dans le monde, se rapprocher de l’eau est toujours une bonne idée non ?

Une vue splendide sur le rocher Percé
Des panoramas à couper le souffle




Qu’est-ce que le Géoparc de Percé ?

Après avoir fait le plein, d’embruns, c’est au tour du Géoparc de révéler ses merveilles. En effet, un Géoparc est un espace qui regroupe de nombreux sites et paysages présentant un intérêt géologique tout particulier. Ils sont gérés dans un soucis de protection, d’éducation et de développement durable. Tout un programme, et une richesse indéniable à découvrir. Celui de Percé entre dans la catégorie Géoparc Mondiaux Unesco. Ce statut n’est pas permanent et le parc doit correspondre à des critères précis pour l’obtenir et le conserver. Un des points essentiels ? La preservation des ressources, le respect de l’environnement et de l’intégrité du paysage. Le tout dans un soucis d’éducation et de transmission. Une richesse dont j’aurai un bel aperçu lors de cette découverte.

Pour aujourd’hui, ça sera la Grotte et la Crevasse.

Chemin de la grotte dans le Géoparc de Percé



Vers les mystères de la grotte

En partant directement du camping, nous empruntons le sentier des arpenteurs, puis un petit bout de route pour rejoindre le chemin de la grotte. C’est techniquement une gorge, créée par l’érosion de l’eau dans la pierre. A l’arrivée dans ce lieu, outre sa beauté emprunte de mystère, je suis surprise par son aspect spirituel et religieux. Une statue de la Vierge accueille et veille sur les randonneurs. Ce géosite a longtemps servi de lieux de pèlerinage, et la Vierge était la sainte patronne des pêcheurs (ceux des poissons).


Aujourd’hui, photos, bougies, et chapelets témoignent de son aspect encore sacré pour de nombreux visiteurs qui érigent ici de véritables petits autels.

Une jolie chute d’eau ajoute à la sérénité du lieu. Je passe derrière pour admirer la vue à travers un rideau de gouttes et sa musique apaisante.
Nous prenons un peu de temps pour explorer ce décor naturel. Une étape au charme unique.

Chute d’eau mystérieuse sur le sentier de la grotte dans le Géoparc de Percé


La crevasse du Géoparc


Ensuite, nous poursuivons sur le sentier de la grande coupe, qui nous offrira sur 2,4 km des paysages et points de vue magnifiques. Marcher ici est un réel privilège, en lien constant avec la mer et son horizon bleu, au coeur d’une végétation et reliefs variés. Les couleurs, les senteurs, l’atmosphère qui accompagnent ces sentiers sont tellement inspirants.


Avant d’arriver à la crevasse, des belvédères permettent de saisir en un coup d’oeil la richesse du paysage. J’aime tellement ces endroits tout en bois au coeur de la nature et des forêts. Des vraies récompenses à chaque fois et une excitation unique de s’approcher au plus près après une marche plus ou moins longue ou laborieuse. Le moment d’enfin savourer chaque étape accomplie et d’en apprécier la beauté grâce aux vues dégagées.

Ici à Percé, l’omniprésence de l’eau à perte de vue, les roches sculptées et les arbres protecteurs offrent des panoramas incomparables.

Panorama depuis un des belvédère


La crevasse, nouveau géosite qui se détache du paysage, consiste en une énorme fissure dans le flanc de la montagne. Cette érosion du Mont Blanc offre une vue unique sur le nord de la péninsule, des Monts Chic Chocs à la pointe de Forillon.

Le géosite de la crevasse à Percé
Une vraie carte postale de Percé
Petit chemin sinueux pour se perdre dans ses pensées
Prendre un peu de temps pour admirer la vue


On est encore plein d’énergie et l’après-midi n’est pas encore trop avancé…On décide de quitter le Géoparc pour passer la fin de journée au bord des eaux limpides et colorées de la rivière aux émeraudes.

Pour cela, retour au camping pour nous rendre sur place en voiture.



Découvrir le joyau de la rivière aux émeraudes

C’est reparti pour un petit bout de route d’une vingtaine de minutes sur la 132, direction Coin-du-banc. Pour ne pas perdre de temps, nous nous garons au plus près de la chute, sur une carrière qui fait office de parking.
Un petit sentier au milieu des arbres dirige directement sur les eaux cristallines que l’on aperçoit rapidement à travers la végétation. Plus qu’à descendre un escalier de bois pour atteindre la rivière et admirer la vue tellement reposante.

Je me demande bien pourquoi on l’appelle rivière aux émeraudes…
Un escalier mène direct à l’eau turquoise. Tu plonges ?


La couleur est en effet splendide, et la chute d’eau offre en prime un son des plus apaisant pour une fin de journée parfaite, assis sur les rochers.
Malheureusement, le soleil qui commence à décliner rend la baignade encore plus courageuse. L’eau est franchement froide, et l’air trop tiède pour avoir besoin de se rafraichir. J’avais pourtant plus ou moins promis de m’y baigner…

Les chutes d’eau de la rivière aux émeraudes


En cette fin de mois d’août, les moustiques sont moins coriaces qu’en pleine saison, mais c’est ici que nous en rencontrons. Nous restons donc sagement (et habillés) au bord de l’eau, chacun à sa contemplation. Cette rivière constitue le point de départ de 28 km de sentiers variés le long du Ruisseau Blanc et de la Rivière Murphy jusqu’au village de Val d’Espoir. Encore tellement d’endroits à explorer !


L’art du rock-balancing

Ici, de nombreux exemples de « rock balancing » (ou rock-stacking) nous entourent. Il s’agit tout simplement d’empilements de pierres, plus ou moins sophistiqué ou acrobatique. Sans aller jusqu’à la performance, se concentrer sur le montage d’un petit édifice est vraiment relaxant. Le tout donne un aspect insolite et harmonieux à de nombreux sites naturels. Une jolie façon de laisser une trace de son passage (plutôt qu’un paquet de chips ou une bouteille vide…)

De beaux exemples de rock-balancing sur la rivière aux émeraudes


Nous restons presque jusqu’au coucher du soleil avant de revenir dans notre camping pour y passer la soirée et notre seconde nuit.

Le soleil décline sur le chemin retour


Demain, nouveau jour à Percé puis depart vers Bonaventure la bien-nommée.

Mais maintenant, il est temps de voir s’allumer quelques étoiles et de rêver de rochers, d’eau douce et marine et de sentiers mystérieux…

Retrouve les étapes précédents de mon road-trip en Gaspésie :
Organiser son road-trip en Gaspésie
Mon observation des baleines à Tadoussac
Le Parc National de la Gaspésie
Le parc Forillon

Française installée à Montréal, minimaliste/multipassions : nature, animaux, bien-être, adrénaline. Espère t'intéresser, te faire voyager, échanger avec toi et changer le monde.

4 Comments

  • Jerry Kan

    Un nouveau chapitre passionnant. Tu nous offres un lien constant et magique avec la nature et les animaux. Un panorama exceptionnel et des photos magnifiques. Merci pour ce nouveau partage et de nous amener avec toi à travers ces sentiers mystérieux, ces découvertes et ces rencontres.
    Se prélasser en banane, je crois que j’aurais fait un phoque formidable ! 😊

    • Marge

      Ah parce que tu crois que c’est facile de faire la banane toi ? Non mais…
      Et merci beaucoup sinon, ravie que tu aies aimé cet épisode !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *